fbpx
Le blog doBrief

Analyse sémantique SEO : Pourquoi et comment faire !

Analyse sémantique SEO Pourquoi et comment faire

Le keyword stuffing.

Cet anglicisme est utilisé pour désigner l’insertion abusive du mot-clé sur une page web. Par exemple, pour être bien positionné sur « acheter des chaussures à Paris » dans les résultats de recherche, il fallait glisser l’expression partout, même dans le pied de page.

Une pratique qui a fait les beaux jours des éditeurs des années 2000 afin d’attirer du trafic, et qui annihilerait tout site publié actuellement.

Eh oui, depuis sa création en 1998, le moteur de recherche imaginé par Larry Page et Sergey Brin a fait bien du chemin. Panda, Pingouin, Colibri, … Les algorithmes de Google ne cessent d’être réinventés.

Aujourd’hui, afin de répondre de façon satisfaisante aux 63 000 requêtes effectuées sur son site chaque seconde, le logiciel s’appuie sur plus de 200 critères. Oui…. Vous avez bien lu. Pour obtenir un score SEO, il faut tenir compte de plus de 200 paramètres.

Et parmi ces derniers, l’enrichissement sémantique figure en pole position.

Attention à ne pas confondre ce concept avec celui de mots-clés ! En effet, les mots-clés correspondent aux termes utilisés par l’internaute lors de sa requête. L’enrichissement sémantique, en revanche, consiste à utiliser des mots faisant partie du champ lexical du thème traité.

Et là, vous vous devenez sans doute pourquoi Google base désormais son référencement naturel sur ce concept. C’est simple. Avec l’arrivée prochaine de la mise à jour « Helpful Content Update », dorénavant, c’est l’intention de recherche qui prime sur les mots-clés.

C’est pourquoi l’optimisation de contenus passe à présent par un champ lexical varié. Et pour être sûr que votre article se hisse parmi les premières positions de Google, il existe un outil : l’analyse sémantique.

Qu’est-ce que l’analyse sémantique en SEO ?

Pour véritablement comprendre le concept d’analyse sémantique, il faut absolument se pencher sur celui d’intention de recherche.

Eh oui, en termes de référencement SEO, ces deux dogmes sont intrinsèquement liés.

Qu’est-ce que l’intention de recherche ?

Qu’est-ce qui vous a conduit à lire cet article ?

Attendez avant de répondre. Accordez-vous le temps de la réflexion. Et surtout, ne vous cantonnez pas aux mots que vous avez tapé dans la barre de recherche. Peut-être que…

  • … vous aviez entendu parler de l’analyse sémantique SEO et désirez en savoir plus ;
  • … vous êtes un éditeur qui désire réaliser l’optimisation SEO de son contenu en se formant à l’enrichissement sémantique ;
  • … vous étiez à la recherche d’un freelance capable de réaliser une étude sémantique pour vous ;
  • … etc.

Prenez quelques secondes pour relire les mots mis en gras dans les puces ci-dessus. « En savoir plus ». « Réaliser ». « Recherche d’un freelance ». Même si les mots-clés utilisés sont les mêmes, le besoin peut être complétement différent. L’objectif des bots de Google est de regarder au-delà des vocables employés pour mettre le doigt sur la véritable intention qui pousse à effectuer des recherches.

Quelles sont les différentes intentions de recherche ?

Pour délivrer les résultats les plus pertinents possibles, Google a défini quatre moments précis :

  • « I want-to-know moments » (requêtes informatives) ;
  • « I want-to-go moments » (requêtes de navigation) ;
  • « I want-to-do moments » (requêtes de marques) ;
  • « I want-to-buy moments » (requêtes transactionnelles).

Comme exemples de requêtes informatives, il est possible de citer « qu’est-ce que le référencement naturel ? », « qui est Larry Page ? », « comment faire une ancre de lien ? », etc. Ici, l’internaute cherche à obtenir des informations pertinentes sur un sujet précis.

À l’inverse, les « I want-to-go moments » seront plus axés sur le déplacement. Prenez le cas d’une personne qui recherche sur Google « comment se rendre à la tour de Pise ? ». Afin de lui répondre avec plus de clarté, le moteur de recherche prioritisera la navigation GPS aux articles de blog.

Pour les requêtes de marques impliquent que l’internaute sait exactement ce qu’il recherche. Très souvent, il tapera le nom du site web ou de l’entreprise qui l’intéresse. Si vous avez saisi « dobrief.io » pour arriver sur cet article, sachez que vous avez effectué une recherche de marque.

Et enfin, les recherches transactionnelles. Tombent dans cette catégorie toutes les opérations incluant des mots tels que « comparer », « acheter », etc. En réponse à ces interrogations, le moteur de recherche mettra en exergue les pages Google Shopping et les sites e-commerce.

🔗 Lire également sur ce blog : comment trouver des idées de sujets optimisés

Quel est le rôle de l’analyse sémantique ?

Pour les moteurs de recherche, ce qui compte réellement, ce ne sont pas les mots-clés employés mais l’intention qui anime l’internaute. En fonction de cette dernière, il mettra en avant certains formats ou contenus. Et c’est justement là que l’analyse sémantique dévoile toute son utilité afin d’optimiser votre texte.

Avec cet outil, il est possible de mieux cerner le sens des écrits et non de rester concentré sur le poids des mots.

Aussi appelé traitement automatique des langues naturelles, l’analyse sémantique fait obligatoirement intervenir deux étapes :

  • l’analyse lexicale qui permet de faire ressortir les mots et expressions phares du contenu ;
  • l’analyse syntaxique qui met en exergue les fonctions que chaque mot a à l’intérieur du texte et les relations entre les vocables.

Grâce à cela, les professionnels du SEO sont en mesure de correctement positionner votre article sur l’intention de recherche visée.

Quels sont les bénéfices de l’analyse sémantique ?

Si vous avez attentivement lu les paragraphes précédents, vous avez déjà des idées de réponse en tête. Plus qu’un outil, l’étude sémantique catapulte les pages web parmi les premières SERP (ou Search engine results page).

Pourquoi ?

Tout d’abord, parce qu’un champ lexical bien sélectionné, fait de vous une référence pour les moteurs de recherche.

Quand ils crawlent la toile, les bots s’appuieront sur la richesse lexicale de votre contenu pour jauger votre expertise. Plus il y a de mots corrélés aux mots-clés principaux, plus les algorithmes améliorent votre positionnement.

L’autre avantage, c’est que cette forme d’optimisation permet d’être présent sur les mots-clés à longue traîne. Prenez le cas de deux articles A et B qui compétissent sur l’expression « agence digitale à Paris ».

Dans le texte A, le mot-clé principal est présent trois fois. Dans le contenu B, en plus du terme-clé, des vocables tels que « SEO local », « SEA », « SEM », « Google AdWords », « Facebook Ads », etc. sont présents.

À votre avis, lequel des deux sera en mesure d’obtenir le meilleur référencement naturel ? Sans l’ombre d’un doute, le texte B.

Autre avantage : un champ lexical rassure le lecteur. Parce que vous utilisez le jargon technique à bon escient, il est plus enclin à vous faire confiance. Oui… Les mots ont un tel pouvoir.

🔗 Sur le thème du SEO : Optimisation du maillage interne d’un site.

Comment faire une étude sémantique pour améliorer son SEO ?

De façon manuelle

Attention : sans de solides connaissances en SEO, cette tâche sera plus ardue qu’il n’y paraît.

La première des choses est d’identifier les termes clés de votre activité. Dans un tableur Excel, listez ces différents vocables. Pensez aussi à inclure les valeurs sur lesquelles se positionner.

Ensuite, mettez-vous à la place de l’utilisateur. Quels sont les mots qu’il est susceptible d’employer pour vous trouver ? Est-ce que ces derniers ont des synonymes ? Quels sont les problèmes qu’il rencontre ?

Manuellement, ce travail consiste à réaliser des recherches sur internet : contenu des concurrents, Wikipédia, actualités, dictionnaire de synonymes …

À chaque fois qu’un terme est mis en avant, notez-le. Il vous suffira ensuite de vérifier sa récurrence dans votre contenu.

Une fois toute la thématique récolté, réfléchissez à la meilleur stratégie de contenu à adopter. Comment l’implémenter dans mon contenu.

Notons que manuellement, cette tache s’avère très chronophage. C’est la raison pour laquelle nous vous conseillons d’utiliser un logiciel spécialisé dans l’analyse sémantique SEO.

Gain de temps assuré !!

🔗 Sur le même sujet : Les différentes étapes pour réaliser une analyse sémantique.

En utilisant un logiciel d’analyse sémantique SEO

La palette de fonctionnalité des outils d’enrichissement sémantique sont nombreux : analyse de la SERP, scrap des balises html, suggestion sémantique, synonymes, volume de recherche, analyse de pertinence, suggestion de questions, aide à la rédaction, score de qualité sémantique, score de compréhension lexical, audit de site, analyse d’url, analyse du contexte,

Il existe de nombreux programmes tels que dobrief, yourtextguru, 1.fr, Seoquantum, Visiblis, textfocus, optimiz.me, semrush …

🔗 Vous désirez perfectionnez vos connaissances en SEO ? Découvrez ici toutes nos recommandations pour créer du contenu optimisé SEO.

Jeremy Cazenave
Jeremy Cazenave

Entrepreneur dans l'âme, j'ai fait mes armes dans le e-commerce avant de m'intéresser au marketing de contenu, et plus particulièrement au SEO. Je suis, avec Franck et Arnaud, co-fondateur de l'application doBrief.io

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur les étoiles pour noter l'article

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 2

Pas de vote pour le moment ! Soyez le premier à voter <3

Nous sommes désolés que ce post ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?

Guides pour bien commercer
Articles populaires
Lire aussi
doBrief
4.9
Basé sur 7 avis
powered by Google
js_loader
Un des meilleurs outils de rédaction SEO